REVELATEUR.COM, c'est aussi des forums photos, des dizaines d'articles, des centaines de photographies.

      

Les articles
de REVELATEUR.COM.
 
discuter dans les forumsmateriel photoarticles photoles photosinscrivez-vous !
SE CONNECTER


Interview de L. Hondermarck  

Rsum :  Vous découvrirez ici quelques uns des points de vue de l'auteur de ce site.
   - 1 Interview (1/1). 

Interview (1/1)  

Pouvez vous vous présenter rapidement ?

Je suis un ingénieur qui a eu envie de passer à une démarche plus esthétique que le travail dans l’industrie. Aujourd’hui, je ne vis pas de la photographie, mais j’aimerais au moins que cela puisse me rembourser mes investissements photographiques. Je suis le créateur principal de REVELATEUR.COM.

Comment êtes vous venu à la photographie ?

J’ai toujours été attiré par la photographie, en particulier la photographie animalière qui m’a peu à peu amené vers d’autres horizons photographiques, par exemple la photographie plasticienne, qui m’a longtemps ennuyé faute de démarche suffisamment explicite de la part de ses auteurs. De nombreux artistes expliquent maintenant leur œuvre, ce qui rend leur démarche beaucoup plus intéressante.

Quels appareils utilisez-vous ?

J’utilise en 24*36, un système Nikon, très fiable et ayant une très bonne gamme d’objectifs, en particulier de très bons télés. Les grands angles sont aussi très bons, par exemple le 20mm est assez incroyable. Nikon a su développer une gamme homogène et de qualité, sans pour autant tomber dans le gadget électronique.
J’ai aussi un moyen format 6*9, Fuji GSW 690II. C’est un appareil télémétrique ayant un très bon objectif. Il a ses limites, bien sûr comme tous les télémétriques, mais il est très léger, robuste et assez peu encombrant pour son format. C’est un appareil qui m’a souvent accompagné en montagne.
J’utilise aussi, et c’est de plus en plus la photographie que je préfère, la chambre photographique Linhof, complétée d’objectifs Schneider et Rodenstock. Ce sont des marques allemandes de qualité extrême, à la pointe de l’optique photographique, et qui permettent d’obtenir des résultats au-delà des espérances de tout photographe. Cette manière de photographier est toutefois un sacerdoce pour le photographe qui doit porter le matériel, car les beaux paysages ne sont pas souvent à proximité des routes et demandent un effort physique souvent considérable, car tout est superlatif dans ce format, en particulier le poids du matériel, qui atteint souvent 15 – 20 kg.
J’ai aussi un gros trépied ultra-stable, Gitzo N°5, avec une rotule surbaissée. Très lourd à porter sur le terrain, mais vraiment bon dans les conditions venteuses. Divers sacs à dos, sacs reporter, etc. Les accessoires coûtent les yeux de la tête et sont souvent nécessaires pour des travaux précis (flashmètre, spotmètre…)
Je n’utilise que le meilleur de ce qui existe, que ce soit au niveau laboratoire, pellicule, matériel pour être sûr de ne pas tomber en rade au milieu de nulle part.

Justement, quels sont les avantages d’une chambre et du grand format par rapport à des appareils plus classiques, 24*36 ?

Meilleures couleurs, meilleure définition, mais aussi mouvements de l’objectif et mouvements du plan du film, ce qui permet d’obtenir des perspectives exceptionnelles. La plupart du matériel en grand format est fabriqué en Allemagne ou en Suisse, dans la grande tradition de qualité industrielle allemande, dont les standards de qualité sont très élevés. On arrive à avoir du matériel très fiable et d’une longévité remarquable, ce qui est suffisamment rare de nos jours pour le signaler.
Le grand format, 4*5 inches, permet d’obtenir une photographie exempte de toute granulation, ce qui est particulièrement adapté aux paysages naturels et à la photographie d’architecture. Ce format permet d’obtenir des images d’une douceur incomparable, qui seule procure des émotions proches de la réalité.
Par ailleurs, la photographie en grand format favorise aussi les rencontres. Ce type d’appareil jouit d’un capital sympathie, parfois même un peu trop, dans les zones fortement fréquentées. On est pris pour un doux rêveur, un passionné ou un professionnel, et cela ne manque pas de provoquer des discussions avec les passants, et attire comme un aimant d’autres personnes photographiant en grand format.
Je ne dénigre toutefois pas du tout le 24*36. C’est une photographie complètement différente, en particulier pour la beauté des grains en Noir et Blanc. Elle est très adaptée pour les sujets sinistres ou on a besoin de « crasse ». Elle est particulièrement efficace en photographie animalière et macro, qui est presque impossible dans les plus grands formats. Elle est en outre plus discrète… et bien plus économique…

Vous n’êtes pas attiré par le numérique ?

Le numérique, c’est super pour de nombreux usages. Vous faites des photos de vos soirées, et vous pouvez les visualiser tout de suite. Le petit écran est très flatteur. Cette photographie permet de s’identifier à un groupe, d’être dans la société. Toutefois, aujourd’hui cette technologie n’est pas encore prête pour la photographie haute résolution, même si elle fait partie de la chaîne graphique. Les tarifs du matériel pour de la prise de vue en numérique sont encore prohibitifs, et posent de nombreux problèmes, notamment de droit d’auteur et de fiabilité du matériel : un ordinateur portable sous la pluie ne va pas survivre. Ce matériel est conçu pour la vie citadine, pas pour les conditions extérieures. En outre, il faut pouvoir alimenter en électricité, car le matériel est très gourmand. La conservation dans le temps des fichiers informatiques n’est absolument pas garantie, et le temps utilisé à gérer les fichiers, graver… est du temps perdu pour le photographe. Je vais encore attendre un peu pour cette nouvelle technologie pleine de promesses, mais qui a aussi ses points faibles dans la nature.

Quels sont les grandes règles que vous appliquez pour la photographie ?

Le photographe est avant tout un artisan… Il doit chercher de nouveaux sujets, évoluer dans ses techniques… C’est un peu cela que je cherche à faire. J’essaie de ne pas rester cantonné à une technique en rencontrant et partageant avec un maximum de photographes.
Je ne cherche pas à faire un travail élitiste, il faut qu’un maximum de gens puisse être touché par ma démarche, tout en élevant le niveau technique et esthétique de mes photos.
Je recherche toujours le meilleur, ce n’est pas une démarche simplement photographique. J’essaie d’obtenir les meilleurs résultats dans tout ce que j’entreprends, ce qui me joue parfois des tours et me fait dépenser de l’énergie parfois inutilement, mais j’ai souvent du mal à accepter les imperfections.

Vous photographiez souvent des paysages ou la nature, on ne voit quasiment personne dans vos photos, pourquoi ?

C’est toujours une recherche de la perfection. Il peut m’arriver d’attendre très longtemps pour que personne ne figure sur une de mes photographies. Aujourd’hui, les hommes sont partout, ils maîtrisent le ciel, les profondeurs de l’océan, la terre… On peut maintenant aller partout sur terre, ou presque, et être en sécurité.
Le grand défi du prochain siècle sera sans doute le contraire de ce qui a été fait depuis très longtemps : l’homme devra rendre une partie de la nature à son état sauvage, sous peine de subir de lourdes conséquences. Ce combat est très loin d’être gagné et la pression destructrice sur les habitats n’a jamais été aussi forte.
J’essaie d’apporter cette contribution à la beauté de la nature sans la pression humaine permanente. Il y a aussi une question de droit à l’image, qui, aujourd’hui, ne laisse pas beaucoup de place à la photographie spontanée.

Quels sont les projets photographiques que vous êtes en train de mener à bien ?

Je suis en train de faire un gros travail sur les zones humides, particulièrement menacées en Europe, et qui sont aussi très esthétique. C’est un plaisir à photographier.
Je suis aussi en train de travailler sur les côtes françaises, et à terme sur les côtes européennes, qui se prêtent bien à la photographie grand format. J’aimerais aussi faire un travail sur les matières, la corrosion, le travail du temps. C’est la plus grosse maladie de la société de consommation, ou les gens sont pressés de consommer pour mieux jeter, et achètent comme comportement salvateur. Une démarche que je refuse quelque peu, mais dont on est souvent victime face au rouleau compresseur publicitaire.
Ma démarche photographique, en montrant des paysages millénaires, essaye de lutter contre cette course effrénée vers l’avant, sans pour autant rejeter tous les progrès effectués.








Voir la liste de tous les articles

Inconnu - 25/12/2004 15:46
merci pour cet article. j'aime bien votre site web qui referencie toute gammes de materiel, rubrique que je consulte régulierement avant de me decider pour un achat pour des fins de comparaison... je suis d'accord avec vous concernant les limitations du numerique comparé al'argentique mais peu etre est il possible d'aborder cette question differement. Plutot que de les comparer, je crois qu'il vaux mieux parler du numerique comme d' un genre photographique et artistique. Chaque technique possede ses qualités et ses limitations ( moyen ou grand format, 24*36, jetable, etc...) etant moi meme plutot puriste et perfectioniste, je me suis longuement posé la question de mon appartenance a la famille des photographes passionés, a cause de mon penchant prononcé pour mon reflex numerique (l'ordinateur est un outil de ma génération). Finalement l'important c'est de se faire plaisir et de le communiquer aux autres.... sandra Mesrine sandra_pema@yahoo.com

  S'inscrire
Exposez vos photos sur Revelateur.com, participez au forum, posez des questions, recevez la Newsletter. S'inscrire, c'est devenir membre d'une communaut en plein developpement... Pour progresser ou faire progresser les autres en photographie.

Une fois le formulaire rempli, Vous recevrez un mail quelques secondes aprs. Cliquez sur le lien fourni dans le mail pour confirmer votre inscription.
Choisissez un pseudo :
Choisissez un mot de passe :
Confirmez le mot de passe :
Vous tes : -
Votre adresse mail :
Votre adresse n'est pas publique et ne sera pas cde des tiers.
Recevoir la newsletter (1 envoi par mois)




| revenir l'accueil | Forums | Le matriel | Les marques | Les photos |





Tous droits réservés sur textes et images - 2004 - 2020 - le 03/03/2021 à 08:39:11 - REVELATEUR.COM.