REVELATEUR.COM, c'est aussi des forums photos, des dizaines d'articles, des centaines de photographies.

      

Les articles
de REVELATEUR.COM.
 
discuter dans les forumsmateriel photoarticles photoles photosinscrivez-vous !
SE CONNECTER

Faites des photos de papillons.  

Résumé :  Les papillons en Europe sont extrêmement diversifiés. Certaines espèces sont très grandes, avec des queues, des couleurs extraordinaires et offrent une possibilité unique dans le monde des insectes pour débuter en macrophotographie.
   - 1 La macro et les papillons. (1/1). 

La macro et les papillons. (1/1)  

Où photographier les papillons ?

Certains endroits regorgent de papillons. C'est le cas par exemple des haies de buddleia, avec leurs grandes grappes de fleurs odorantes violettes ou blanches, des champs de lavande, les sauges, le romarin, etc… toutes les plantes qui fournissent du nectar en quantité attirent les papillons.

C'est donc en pleine nature, dans un jardin, un terrain vague, une prairie, que vous pourrez tout à loisir prendre des photos. Privilégiez les endroits ou vous ne serez pas dérangé. Un lieu calme où ne passe personne permet d'envisager de rester sereinement une heure ou deux, ou plus, dans l'attente d'une prise de vue satisfaisant sans être dérangé par des regards insistants, qui ne sont pas très agréables.
Le décor n'est pas très important, puisque vous allez avoir un fond entièrement flou, dont les détails vont être complètement invisibles sur le résultat. Au contraire, un lieu qui peut paraître laid au premier abord, à cause de présence de béton, de gravas, de vieux pneus, etc. peut très bien se révéler comme très bon pour la photo, car il peut fournir des couleurs d'arrière plan originales.

Ce sont surtout les papillons diurnes qui sont intéressants à photographier. Ils sont beaucoup plus colorés que les papillons de nuit, et sont actifs de jour. Ils sont aussi souvent de plus grande taille que les papillons nocturnes.

Le matériel à utiliser

La très grande majorité des appareils photos numériques permet de faire des photos rapprochées. Ils sont donc parfaits pour photographier les papillons dans leur environnement naturel, même si la plupart sont un peu lents. Les appareils numériques permettent de s'approcher plus facilement des papillons avec l'écran LCD arrière, ce qui est un avantage vraiment décisif lorsque le sujet est un peu farouche.
Un reflex avec un objectif standard sera peut être un peu juste, mais maintenant, beaucoup d'objectifs ont quand même une mise au point rapprochée efficace. Si toutefois vous ne pouvez pas prendre de photo de près, vous pouvez acheter une bonnette à visser sur votre objectif pour pouvoir vous approcher de l'insecte un peu plus. Vous trouverez cela chez votre revendeur préféré. C'est en fait une lentille convergente qui va réduire la distance de mise au point de votre appareil photo. Ces lentilles sont compatibles avec toutes les marques d'appareil photo, car elles se fixent sur le pas de vis standardisé. Un objectif macro, avec un vrai rapport 1:1 sera bien sûr beaucoup plus intéressant pour photographier les insectes, mais le ticket d'entrée est souvent assez cher, même chez les constructeurs " alternatif " comme Sigma ou Tamron. Ces optiques coûtent souvent quatre à cinq fois plus cher que leurs homologues non macro, et sont en plus moins lumineuses. Mais en macro, quel plaisir et quel résultat ! On peut prendre en photo un détail d'une aile ou la trompe d'un papillon sans aucun accessoire et en conservant les automatismes.


Les pellicules : Les pellicules à utiliser devront être saturées pour refléter au mieux les couleurs des papillons, mais elles devront être aussi sensibles pour ne pas avoir de vitesses trop lentes et pouvoir fermer le diaphragme pour augmenter la profondeur de champ. En diapo, la FUJI PROVIA 400f est ma préférée pour ce type de photo, car très fine et avec de belles couleurs biens fidèles. En négatif, la pellicule Kodak Royal Supra 400 me semble très bien ou la Kodak Portra UC 400 pour les journées un peu plus nuageuses, car plus saturée.

La technique d'approche

Les papillons, tout occupés qu'ils soient à butiner, sont des insectes farouches, car ils ont recherché par les oiseaux et autres prédateurs pour se faire manger. Ils n'aiment donc pas les mouvements brusques et selon les espèces peuvent s'envoler au loin et être perdus définitivement de vue. Il faut donc avant de s'approcher être sûr de soi. Suis-je bien en équilibre ? Vais-je tomber ou être déséquilibré ? Si oui, c'est à coup sûr que le papillon va s'envoler. Il faut aussi ne pas faire de fausses économies : s'il reste une ou deux photos sur votre pellicule, changez-en avant de vous approcher. Vous pourrez alors shooter à loisir, sans être limité par la pellicule. De même pour les cartes mémoires, changez ou faites le ménage avant de vous approcher. Ce n'est pas à 15 cm du papillon que vous devez vous rendre compte que vous n'avez plus aucune photo disponible. Rien de plus rageant que de perdre bêtement des photos à cause d'un aussi petit problème technique.

Il faut donc s'approcher tout doucement sans faire de mouvements brusques. C'est beaucoup plus facile de le faire en utilisant un appareil photo numérique qui possède un écran arrière : les papillons et les insectes en général sont beaucoup moins effrayés par un appareil photo tenu à bout de bras que par un corps entier qui s'approche au plus près.

La technique de prise de vue consiste à effectuer la mise au point avant l'approche des papillons et de rendre l'image nette en modifiant la distance entre l'appareil et le papillon, car à courte distance, les autofocus ne sont en général pas fiables, et ils sont lents. Essayez de régler l'appareil en mode résultat macro, ou alors en mode priorité diaphragme. En effet, c'est principalement le diaphragme qu'il faudra fermer pour obtenir une profondeur de champ suffisante. Le mode macro privilégie cela à la vitesse d'obturation.

Les meilleures conditions météo

Lorsqu'il fait très chaud et en plein soleil, c'est le moment de la journée ou l'on voit le plus de papillons, mais ce n'est pas le moment ou les conditions sont les plus favorables à la photographie.
Le meilleur moment, c'est le matin... Et oui, il faut malheureusement se lever tôt pour obtenir de belles photos, et c'est souvent dur le week-end de se lever après une semaine de boulot, ou pendant les vacances... Le matin, les papillons ne sont pas encore très réveillés, la lumière est plus douce, de coté, et donc les photographies sont meilleures. Les papillons sont encore tout engourdis par leur nuit de sommeil et leurs réflexes sont donc assez lents. Ils sont beaucoup moins farouches le matin qu'au soleil du midi. On les trouve parfois couverts d'une couche de rosée qui forme de minuscules perles sur le duvet des ailes. On peut alors les photographier en utilisant un trépied ou un monopode qui va garantir la stabilité et la netteté de la photo.

Certains photographes utilisent des papillons qu'ils ont attrapés, mis au réfrigérateur une paire d'heures, puis relâchés dans la nature afin qu'ils se tiennent un peu plus au calme. Cette technique n'est possible qu'avec les espèces qui ne sont pas protégées. Elle rend en plus des résultats assez aléatoires étant donné que les papillons n'adopteront pas une posture naturelle sur ces prises de vue.

Le matin tôt, il vaut donc mieux privilégier les prises de vue avec un objectif relativement court, comme par exemple un 60 mm, et l'aide d'un trépied. Quelques heures après le lever du soleil, l'usage du trépied devient inutile. Les papillons bougent trop. Il faut donc les prendre à main levée, en utilisant un objectif macro de focale plus longue, comme par exemple un 180 ou un 200 mm (ou équivalent pour les appareils numériques).

Aller plus loin dans le matériel.

Le matériel standard permet de faire des photographies de papillons dans la nature. Pour pouvoir faire des photos plus près, quelques accessoires peuvent s'avérer utiles, voir indispensables pour certaines photos très proches.

Le flash : Le flash est un ustensile qu'il faut savoir manier en macro, mais qui est très difficile à utiliser lorsque l'on n'a pas un matériel adéquat. Le flash doit être bien dosé avec la lumière naturelle, ce qui est très difficile car les électroniques ne réagissent pas suffisamment vite en prise de vue aussi rapproché. On utilise en général deux flash, fixés de part et d'autre de l'appareil photo, avec des diffuseurs, ceci afin d'éviter les zones d'ombre, mais pour les conserver suffisamment de manière à faire ressortir le papillon du support sur lequel il est posé.

Un objectif macro spécifique : La photo de papillon, grâce à leur grande taille, peut être faite sans objectif macro spécifique. Si vous voulez continuer dans cette voie, et que vous êtes équipé d'un reflex, il vous faudra vous équiper d'une optique un peu plus spécialisée : une optique macro. C'est beaucoup plus cher qu'une optique normale, mais c'est aussi bien meilleur. Le piqué de ces optiques est extraordinaire, tant en macro qu'à l'infini. C'est donc un bon investissement.

Une bague de retournement d'objectif : c'est possible encore une fois pour les chanceux qui ont un reflex, numérique ou argentique bien sûr... C'est quoi cette bête ? Et bien c'est une bague qui permet de retourner l'objectif pour pouvoir l'utiliser à l'envers. L'utilisation d'un objectif à l'envers permet d'obtenir des grossissements beaucoup plus importants, pour prendre par exemple les yeux ou les écailles d'un papillon. Cela permet de photographier en utilisant un objectif standard comme étant calculé pour la photo macro. Vous perdrez bien sûr tous les automatismes (diaphragme, autofocus...), mais vous pouvez ainsi prendre en photo les détails de la tête, ou les écailles des ailes.

Un reflex numérique : C'est le top en photo macro… et je ne dis pas cela pour tout (paysage, noir et blanc et plein d'autres sujets n'aiment pas le numérique.) Les reflex numériques semblent être taillés pour la macro : rapide, ils sont aussi performants que les réflexes argentiques, mais permettent en plus de multiplier les essais sans frais. La macro, il faut le savoir consomme beaucoup de film, et si l'on veut des résultats de qualité, les frais montent vite… Un seul problème : les finances, et la dévalorisation rapide de votre investissement. Même si les prix ont beaucoup baissés, il y a fort à parier que la bataille des prix est encore la et pour longtemps, et que d'ici fin 2005, une nouvelle génération d'appareils reflex experts va faire son apparition, pour des tarifs pas trop exorbitants.

La macro est le royaume du bricolage : La quantité d'accessoires en macro est tout simplement impressionnante. L'imagination des photographes a été dans ce domaine sans limites. Le tout est de savoir bricoler un peu, d'avoir de l'imagination et de connaître un minimum des lois de l'optique. Vous pourrez ainsi avoir des résultats à la hauteur des plus grands professionnels, avec de la patiente et de la persévérance.

Aller plus loin dans la technique.

Je vous ai parlé de prise de vue dans l'environnement naturel. Pour pouvoir effectuer des prises de vues plus précises, plus nettes, plus proches, il ne faut plus travailler dans la nature directement, il faut travailler en studio.
Cependant, un studio, cela demande une connaissance et une maîtrise technique énorme. Je vais ici développer une technique de prise de vue intermédiaire entre le studio et la nature : c'est le studio installé dans la nature. Cette technique consiste à recréer un petit milieu naturel sur une table installée en extérieur : vous disposez des fleurs dans de la mousse gorgée d'eau (la mousse verte à bouquets que l'on trouve facilement chez les fleuristes. Les fleurs sont ainsi bien stables, et ne bougent pas à cause du vent. Il est aussi possible de mettre un paravent qui empêche tout mouvement des plantes. Une fois cette installation faite, le plus dur va consister à faire venir les papillons. Il faut pour cela les appâter avec des boissons sucrées déposées au fond des fleurs (par exemple du miel dilué). Un chiffon mouillé avec de la bière et déposé sur la table peut aussi attirer les insectes.
Une fois tout cela monté, attendez un peu que les insectes viennent et s'aperçoivent du trésor qu'ils ont trouvé. Vous avez ensuite tout loisir de prendre les insectes en photos, bien confortablement assis sur votre chaise. Cette méthode permet aussi d'utiliser des flashs plus facilement que ne le permettrait la prise de vue à main levée dans la nature.

Pour aller plus loin encore, vous pourrez lire ce livre :
Editeur(s) : La Martinière Beaux Livres
Genre : BEAUX-ARTS - BEAUX LIVRES
Date de Parution : 05/03/2002
Présentation : Relié - 2200 g - 26 cm x 29 cm
ISBN : 2732427659 - EAN : 9782732427652


Laissez aussi votre avis ci-dessous. Vous pouvez poser des questions sur cet article.





Voir la liste de tous les articles


  S'inscrire
Exposez vos photos sur Revelateur.com, participez au forum, posez des questions, recevez la Newsletter. S'inscrire, c'est devenir membre d'une communauté en plein developpement... Pour progresser ou faire progresser les autres en photographie.

Une fois le formulaire rempli, Vous recevrez un mail quelques secondes après. Cliquez sur le lien fourni dans le mail pour confirmer votre inscription.
Choisissez un pseudo :
Choisissez un mot de passe :
Confirmez le mot de passe :
Vous êtes : -
Votre adresse mail :
Votre adresse n'est pas publique et ne sera pas cédée à des tiers.
Recevoir la newsletter (1 envoi par mois)




| revenir à l'accueil | Forums | Le matériel | Les marques | Les photos |




Le numérique full frame, c'est ici ! Tous droits réservés sur textes et images - 2004 - 2009 - le 16/09/2019 à 12:14:11 - REVELATEUR.COM - Conçu et réalisé par Laurent HONDERMARCK.